Watch live video from googlier on www.twitch.tv Next Page: 25
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Hors sujet aussi: enfin, un ami des araignées sur le forum!

Araignées aussi, les pauvres Pholcus, atomisés.
Mais aussi des oiseaux; et, avec la politique des com com actuelles, les remembrements, les affaires qui se font entre "gens de connivence" => disparition des haies, exploitation des forêts pour se faire de l'argent selon la politique du "ce qui est pris est pris"...

Bref, plus de mésanges, invasions de chenilles processionnaires et de pyrale du buis. Fini les bouvreuils et Cie.

On fait une étude France versus des pays plus intelligents ?

Georges Brassens - Auprès de mon arbre
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Le problème, concrètement, est relaté dans ce document, la deuxième communication de l'ansm, au sujet d'autoriser le hors amm, n'a pas été communiquée aux mêmes personnes : médecins et pharmaciens n'ont reçu que la première lettre
Mon MG, en vérifiant les données, n'a que l'information : risques de décès augmentés et me l'a répété comme une règle absolue, et une raison de baisser la dose au plus vite jusqu'aux 80 mg, car "ajouter un risque supplémentaire à votre santé, à 47 ans, en tant que médecin, blablabla"
Il repousse totalement l'argument de la dangerosité de l'alcool comparée à celle d'un médicament reconnu officiellement comme dangereux

Ce document, comme d'autres, ne l'intéressera pas, lui il se fixe sur les communications ansm "reçues" (en tant qu'ancien médecin militaire, il l'a toujours fait)
Il a continué ses prescriptions librement jusqu'à ce que ma pharmacie de harpies viennent mettre son nez dedans, pour la seule et unique fois où j'y suis retournée, en l'appelant dans mon dos

Le document est très bien, mais sa communication / diffusion va toujours aux mêmes personnes, celles qui sont déjà convaincues
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Tu as parfaitement raison de donner ton avis
C'est la force de ce forum, chacun dit librement ce qu'il pense, m^me s'il n'est pas d'accord avec les autres

Moi, ça m'est très utile vos avis ...
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Une petite pensée pour tous les anti-baclo qui doivent se régaler à la lecture de nos querelles intestines et auxquels nous sommes en train de donner du grain à moudre...


Je ne suis pas pro bacloféne loin de là
Mais vos querelles n'apportent en aucun cas de l'eau à mon moulin
9a arrive partout!


Je pense qu´il n´est pas question ici des seuls membres du forum. Le forum est en accès libre, on peut tout lire sans être inscrit, les fils perso sont accessibles depuis Google etc. Donc tout ce qui est dit ici est consultable, totalement librement... Donc ceux qui œuvrent contre le Baclo savent ce qu´on fait... cf à propos des témoignages, lettres etc... Ils ont un coup d´avance en quelque sorte et puisqu´aussi, il me semble, le seul rempart contre l´interdiction du baclo au dessus de 80mg, se trouve ici.
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Alors quelques infos (que beaucoup connaissent déjà je pense) :

- La lettre de réduction de la RTU à 80mg de l'ANSM doit être connue de la plupart des pharmaciens puisqu'elle a été relayée par l'ordre des pharmaciens.

- D'un point de vue légal, le remboursement n'est pas possible au dessus de 80mg. Les pharmaciens qui le font s'exposent à des sanctions des pharmaciens conseils de l'assurance maladie... Quelle va être la tolérance des caisses départementales de l'assurance maladie ? Je n'en sais rien mais en ce moment elle est assez impitoyable avec les pharmacies.

- D'un point de vue délivrance des boites, la RTU ou l'AMM ne sont pas des obligations à respecter : le pharmacien peut librement décider de délivrer ou ne pas délivrer, mais sa responsabilité est engagée quelque soit sa décision (s'il refuse de délivrer et que cela provoque des symptômes de sevrage, s'il accepte de délivrer et qu'il y a un accident : dans tous les cas, le pharmaciens est responsable et doit prendre la bonne décision).
          

招聘频道 - Senior Copywriter资深社群媒体文案   

Cache   

招聘企业: FORESEE BREMEN 上海

工作区域: 上海静安区

发布时间: 2020-03-31

Job ID: 103116

职位描述 Job Description

  • 文案工作经验3年以上,具创意公司/互联网/社交媒体/网络公关相关经验者优先

  • 善于观察消费者心理特质,对社会化媒体的语言特征,以及新媒体平台有一定认知

  • 英语4级以上,具口语与书面能力

  • 过去服务客户类别经验含:运动、潮流、食品类品牌优先考虑

  • 有责任感和时间观念,注重执行细节,主动积极完成工作的能力

  • 面试需检附作品集


更多精彩内容请访问 数英网 - 文章频道 - 项目频道 - 招聘频道


          

招聘频道 - Designer 设计师   

Cache   

招聘企业: FORESEE BREMEN 上海

工作区域: 上海静安区

发布时间: 2020-03-31

Job ID: 103109

职位描述 Job Description

负责各种数字媒介中的创意视觉表现;
- 参与项目的创意发想;
- 服务Nike,天猫等客户


职位要求:
- 1~2年数字视觉创意相关工作经验;
- 具有扎实并出众的视觉理解、阅读和表现能力,有品味;
- 有一定的项目经验积累;
- 良好的沟通能力与亲和力;
- 有责任心及严格的时间观念;
- 具互动广告公司相关工作经验、插画能力、AE能力或3D能力者优先


更多精彩内容请访问 数英网 - 文章频道 - 项目频道 - 招聘频道


          

Dubbeldam hoopt toppaard Carlyle te kunnen behouden    

Cache   

Het is voor springruiter Jeroen Dubbeldam nog volstrekt onduidelijk hoe de coronacrisis voor hem gaat uitpakken.

De olympisch kampioen van 2000 in Sydney hoopt in 2021 weer aan de Spelen deel te nemen, maar zijn lot ligt in de handen van de eigenaar van zijn toppaard Carlyle, de Duitse stoeterij Eichenhain, gelegen nabij Bremen. Mocht die besluiten Carlyle te verkopen, dan betekent dat mogelijk een streep door de olympische ambities van de Nederlandse topruiter.

Dubbeldam reageerde aanvankelijk opgetogen toen bekend werd dat de Olympische Spelen met een jaar zijn uitgesteld. Hij vormt namelijk pas sinds oktober 2019 een combinatie met Carlyle en krijgt daarom nu langer de tijd om te wennen aan het paard.

Na De Sjiem en Zenith weer een toppaard

In hippische kringen wordt Carlyle beschouwd als een paard met grote mogelijkheden. Nadat de Zweedse ruiter Rolf-Göran Bengtsson, als eerste de nodige successen had mogen vieren met de viervoeter, werd het paard vorig jaar plots aangeboden aan Dubbeldam.

Daarmee heeft de ruiter uit Weerselo na De Sjiem (olympisch kampioen 2000) en Zenith (twee wereldtitels en twee Europese titels) voor de derde keer een toppaard tot zijn beschikking. "Dit is toch wel echt een uitzonderlijk paard", zei Dubbeldam begin dit jaar tegen Horses.nl

Eind oktober al werd duidelijk dat Dubbeldam en Carlyle een gouden combinatie vormen. Amper twee weken na hun kennismaking won Dubbeldam met zijn nieuwe paard het springconcours in het Slowaakse Samorin. Voor de concurrentie was dat meteen reden om de Nederlander weer als olympische kanshebber aan te merken.

Zover wil Dubbeldam zelf vooralsnog niet gaan. "Ik heb mij nog niet bewezen met dit paard", zegt hij. Maar dat hij voor de derde keer naar de Spelen kan - na 2000 en 2016 - doet hem zichtbaar genoegen en wakkert als vanouds zijn ambities aan.

Carlyle 'al' 12 jaar

Toch kleeft er voor Dubbeldam ook een belangrijk nadeel aan het uitstellen van de Spelen. Carlyle is twaalf jaar en nu nog interessant voor de verkoop. Om de deur naar Tokio open te houden moet Dubbeldam dus eerst met eigenaar Eichenhain een akkoord bereiken om langer van het paard gebruik te kunnen maken.

En dat is geen uitgemaakte zaak, weet Dubbeldam "Het gevaar sluipt er nu in dat de eigenaar van Carlyle gaat zeggen: ik weet niet of ik nog een jaar wil wachten om Carlyle aan te houden", zegt hij.

Volgens Dubbeldam beleven paarden hun beste jaren tussen het negende en veertiende levensjaar. "Als een paard veertien jaar wordt, dan is het één plus één. Dan is het niet zo moeilijk om te beoordelen dat de marktwaarde omlaag gaat."

Toch hoeft Dubbeldam niet te wanhopen. Naar verluidt zou de eigenaar van Carlyle niet afwijzend staan tegenover een langere samenwerking. "Zijn eerste reactie was niet negatief", zegt Dubbeldam. "Hij wil Carlyle niet per direct verkopen. Dus ik hoop dat dat gevoel bij hem blijft overheersen, dan is het een heel positief verhaal voor mij."

In januari vertelde Jeroen Dubbeldam al over zijn nieuwe toppaard Carlyle:


          

Fernsehgottesdienst im Michel mit "Foto-Gemeinde"   

Cache   
 Hamburger Michel

© epd-bild/Stephan Wallocha/Stephan Wallocha

Die Bilder zeigten Gottesdienstbesucher, die normalerweise beim Fernsehgottesdienst im Hamburger Michel gesessen hätten - was bloss in Corona-Zeiten nicht geht.

Aus dem Hamburger Michel ist am Sonntag ein 40-minütiger Fernsehgottesdienst der besonderen Art ausgestrahlt worden: Die Kirchenbänke blieben keineswegs leer, sondern waren mit Fotos im DIN-A4-Format bestückt.

Die Bilder zeigten Gottesdienstbesucher, die normalerweise hier gesessen hätten - was bloß in Corona-Zeiten nicht geht. Der private TV-Sender "Hamburg 1" zeigte den Gottesdienst live. Persönlich anwesend waren neben den Fernsehtechnikern und Kameraleuten nur die Pastoren Stefan Holtmann und Julia Atze, Kirchenmusiker Jörg Endebrock und die Sopranistin Hanna Zumsande - mit ausreichendem Abstand zueinander.

Unter dem Motto #verbundenbleiben hatte die Hauptkirchengemeinde zu der Foto-Aktion aufgerufen. "Die Rückmeldungen, die wir erhalten haben, zeigen uns deutlich, dass viele Menschen durch diese Übertragung Ermutigung und Trost gefunden haben", sagte Michel-Hauptpastor Alexander Röder. Die Aktion mit den Fotos soll auch in den kommenden Wochen sowie über Karfreitag und Ostern weitergehen. Die Gemeinde werde so in neuer Weise sichtbar und sei im TV-Gottesdienst und in Online-Andachten präsent, hieß es.

Der erste TV-Gottesdienst mit Foto-Gemeinde hatte nach Angaben der Michel-Gemeinde am 22. März eine Reichweite von etwa 200.000 Zuschauern - live auf "Hamburg 1" inklusive Wiederholungen sowie Streaming über hamburg.de und Bibel TV.  Für das stille Gebet und zum Entzünden von Kerzen ist der Michel zu den gewohnten Zeiten weiterhin geöffnet. 

Immer mehr Menschen interessieren sich für TV-Gottesdienste

Immer mehr Menschen sehen Fernsehgottesdienste in den Programmen der öffentlich-rechtlichen Rundfunkanstalten. Im Vergleich zu den Durchschnittswerten des vergangenen Jahres hätten sich die Zahlen nahezu verdoppelt, sagte der Medienbeauftragte der Evangelischen Kirche in Deutschland (EKD), Markus Bräuer. Der Grund für das gestiegene Interesse in der Corona-Krise sei das Bedürfnis nach Zuspruch, Hoffnung und seelsorgerlichem Trost.

Pastorin Julia Atze und Gemeindepastor Stefan Holtmann.

Am vergangenen Sonntag sahen rund 4,1 Millionen Menschen die Fernsehgottesdienste in den Sendern der ARD und im ZDF und das "Wort zum Sonntag". Allein 1,24 Millionen Zuschauerinnen und Zuschauer sahen den evangelischen Gottesdienst am Sonntagmorgen mit einer Predigt des Medienbischofs der EKD, Volker Jung, der aus der Ingelheimer Saalkirche übertragen wurde. In der vergangenen Woche hatten den Angaben zufolge 3,8 Millionen Menschen die Fernsehgottesdienste und das "Wort zum Sonntag" verfolgt.

Viele Rundfunkanstalten haben ihr kirchliches Programm erweitert, weil derzeit keine Gottesdienste mit Gemeinde in Kirchen stattfinden können. Rundfunksendungen mit christlichem Inhalt erreichen mehr als zehn Millionen Menschen täglich.


          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Le problème, concrètement, est relaté dans ce document, la deuxième communication de l'ansm, au sujet d'autoriser le hors amm, n'a pas été communiquée aux mêmes personnes : médecins et pharmaciens n'ont reçu que la première lettre
Mon MG, en vérifiant les données, n'a que l'information : risques de décès augmentés et me l'a répété comme une règle absolue, et une raison de baisser la dose au plus vite jusqu'aux 80 mg, car "ajouter un risque supplémentaire à votre santé, à 47 ans, en tant que médecin, blablabla"
Il repousse totalement l'argument de la dangerosité de l'alcool comparée à celle d'un médicament reconnu officiellement comme dangereux

Ce document, comme d'autres, ne l'intéressera pas, lui il se fixe sur les communications ansm "reçues" (en tant qu'ancien médecin militaire, il l'a toujours fait)
Il a continué ses prescriptions librement jusqu'à ce que ma pharmacie de harpies viennent mettre son nez dedans, pour la seule et unique fois où j'y suis retournée, en l'appelant dans mon dos

Le document est très bien, mais sa communication / diffusion va toujours aux mêmes personnes, celles qui sont déjà convaincues
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Tu as parfaitement raison de donner ton avis
C'est la force de ce forum, chacun dit librement ce qu'il pense, m^me s'il n'est pas d'accord avec les autres

Moi, ça m'est très utile vos avis ...
          

Commentaires sur Vos infos, news (et autres) du 30 mars 2020.. par laurence    

Cache   
Que dire des 8,7 millions de décès liés au cancer dans le monde. Aujourd'hui, un homme sur trois aura un cancer et une femme sur quatre. Ce chiffre est en constante augmentation. ET ce sont nos modes de vie occidentaux qui sont le carburant de cette maladie. Même si on laissait le covid19 nous contaminer librement, je ne pense pas que cela ferait autant de dégâts. On se fout du monde, c'est une évidence. L'OMS aurait déjà dû intervenir depuis longtemps pour arrêter l'explosion des cas de cancer, interdiction des pesticides, des fast food, de la pollution atmosphérique. En réfléchissant deux secondes on se rend compte que le résultat économique aurait été moins catastrophique que cette crise. Il n'aurait même pas été nécessaire d'arrêter l'économie, il aurait simplement fallu la réorienter. C'est évident que ce qui se passe est une mascarade top niveau, même s'il y a de vrais morts. Si ça se passe ainsi c'est que cela arrange bien l'élite mondialiste. Si le bien commun était mis à l'honneur par nos très chers élites, ça se saurait...
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Une petite pensée pour tous les anti-baclo qui doivent se régaler à la lecture de nos querelles intestines et auxquels nous sommes en train de donner du grain à moudre...


Je ne suis pas pro bacloféne loin de là
Mais vos querelles n'apportent en aucun cas de l'eau à mon moulin
9a arrive partout!


Je pense qu´il n´est pas question ici des seuls membres du forum. Le forum est en accès libre, on peut tout lire sans être inscrit, les fils perso sont accessibles depuis Google etc. Donc tout ce qui est dit ici est consultable, totalement librement... Donc ceux qui œuvrent contre le Baclo savent ce qu´on fait... cf à propos des témoignages, lettres etc... Ils ont un coup d´avance en quelque sorte et puisqu´aussi, il me semble, le seul rempart contre l´interdiction du baclo au dessus de 80mg, se trouve ici.
          

On en parle sur le WEB (en bien ou en mal)   

Cache   
Alors quelques infos (que beaucoup connaissent déjà je pense) :

- La lettre de réduction de la RTU à 80mg de l'ANSM doit être connue de la plupart des pharmaciens puisqu'elle a été relayée par l'ordre des pharmaciens.

- D'un point de vue légal, le remboursement n'est pas possible au dessus de 80mg. Les pharmaciens qui le font s'exposent à des sanctions des pharmaciens conseils de l'assurance maladie... Quelle va être la tolérance des caisses départementales de l'assurance maladie ? Je n'en sais rien mais en ce moment elle est assez impitoyable avec les pharmacies.

- D'un point de vue délivrance des boites, la RTU ou l'AMM ne sont pas des obligations à respecter : le pharmacien peut librement décider de délivrer ou ne pas délivrer, mais sa responsabilité est engagée quelque soit sa décision (s'il refuse de délivrer et que cela provoque des symptômes de sevrage, s'il accepte de délivrer et qu'il y a un accident : dans tous les cas, le pharmaciens est responsable et doit prendre la bonne décision).
          

Fußball - Bremen: Bremens Bittencourt macht sich keine Gedanken über Vertrag   

Cache   

          

Systemadministrator (w/m/d) End to End Monitoring   

Cache   

Systemadministrator (w/m/d) End to End Monitoring Dataport Altenholz, Kiel, Bremen, Hamburg, Halle (Saale) Entwicklung und Betrieb End to End Monitoring; Umsetzung von Kundenspezifischen Messungen; Administration des Fault Managements, windowsbasierte Appliance; Konfiguration des Service Level Managements;… an alle digitalen superhelden weltverbesserer datenschützer und entwicklergenies wir haben eine gemeinsame mission: public value bauen sie mit uns an […]

Der Beitrag Systemadministrator (w/m/d) End to End Monitoring erschien zuerst auf Hacker Jobs.


          

«Nous n’avons rien vécu»   

Cache   

De 1945 à 2020, l’humanité a vécu 75 magnifiques années. De telle sorte que la plupart des vivants aujourd’hui n’ont ni connu ni imaginé la crise actuelle. Cela explique en partie le vertige qu’elle provoque.

Mon collègue Denis Lévesque me partageait récemment ses souvenirs des récits de vie de son grand-père. Ce dernier avait traversé la Première Guerre mondiale, y avait perdu des connaissances. La grippe espagnole a marqué la fin de la guerre, puis 10 ans plus tard, la grande crise économique frappait. À peine sorti du marasme économique, le monde se retrouvait plongé dans la Deuxième Guerre mondiale.

Remontez dans l’Histoire. Les siècles précédents sont tous parsemés de tragédies. Des guerres incessantes et des épidémies dévastatrices. Au fond, ce n’est pas l’année 2020 qui fait exception. Ce sont plutôt les 75 années précédentes qui doivent être regardées comme une bénédiction, un âge d’or dans l’aventure humaine.

Mon père

J’ai poursuivi la discussion avec mon père qui avance dans les 80 ans. Il n’a jamais vécu rien de tel. Il a un vague souvenir, étant enfant, que quelques denrées étaient rationnées par des coupons pendant la Deuxième Guerre. Issu d’une famille nombreuse, on avait amplement de coupons. 

Puis l’après-guerre. L’électricité, le téléphone, les autos pour la route, les tracteurs à la ferme, tout rendait la vie plus facile. Le niveau de vie s’est amélioré, les conditions de travail aussi. La santé, l’éducation sont devenues des acquis. Il y a eu des récessions périodiques, certaines plus souffrantes, mais globalement, le revenu moyen des ménages a explosé.

Il y a eu des guerres qui ont momentanément détruit la qualité de vie dans certaines zones du globe. Elles ont fait des victimes, des pauvres et des réfugiés. Mais toujours dans des territoires limités. Et jamais en Amérique du Nord.

Le terrorisme

Bien sûr, notre esprit est marqué par le terrorisme. Le 11 septembre 2001. D’autres attaques avec des fusils d’assaut ou des véhicules qui ont pris la vie d’innocents. Deux différences majeures avec la pandémie de coronavirus. 

Premièrement, même si les images dégoûtaient et attristaient le monde entier, l’acte terroriste demeurait local. Le lendemain matin, les gens de tous les autres pays retournaient à leurs occupations régulières. On n’a jamais eu le tiers de la planète en confinement.

Deuxièmement, la réaction collective au terrorisme consiste à reprendre la vie normale. Après le 11 septembre, le président américain Georges W. Bush exhortait les Américains à rentrer au travail. La meilleure façon de prouver aux terroristes qu’ils n’ont pas réussi, c’est de continuer à vivre normalement.

Vivre normalement, voilà l’expression qui nous effraie en mars 2020. Non seulement nous ne pouvons plus vivre librement et normalement. Mais nous ne sommes plus certains de ce qui sera « normal » dans le monde nouveau qui va découler de la crise.

Nous avons peur et c’est légitime. Il nous faut du courage. Souvenons-nous que c’est le courage de nos ancêtres, à travers guerres et famines, qui nous a donné notre vie et notre confort.


          

TRUDEAU A CÉDÉ À LA PANIQUE    

Cache   

La décision du premier ministre Trudeau de fermer les passages frontaliers irréguliers tels que celui du chemin Roxham est honteuse.

C’est une décision qui n’est pas enracinée dans la science ou la santé publique, mais plutôt dans la panique entretenue en grande partie par l’extrême droite qui se positionne contre l’immigration et qui célèbre avec joie une victoire pour l’une de leurs causes favorites.

 

Avant l’annonce du premier ministre et dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, les personnes migrantes qui traversaient de façon irrégulière par le chemin Roxham étaient mises obligatoirement en quarantaine pendant 14 jours dans des logements fournis par le gouvernement fédéral. En dépit de cette tentative de fermer les frontières, les personnes migrantes continueront de traverser de manière irrégulière, mais ce sera dorénavant dans des lieux isolés et parfois dangereux. Elles devront compter sur d’autres individus et notamment sur des personnes qui n’agissent pas toujours de bonne foi. De plus, elles ne seront plus assujetties à une quarantaine obligatoire et, par conséquent, il n’y aura aucun suivi de leur état de santé.

La décision prise par le gouvernement n’est pas dans l’intérêt de la santé publique. De nombreux spécialistes dans ce domaine contestent l’idée qu’il est nécessaire de fermer les frontières en contexte de pandémie. Ils affirment que la fermeture des frontières crée plutôt un effet de panique et suscite davantage de passages irréguliers non surveillés. 

C’est donc une décision purement politique d’une grande dangerosité pour la santé publique et pour le bien-être des personnes migrantes et réfugiées.

Plus particulièrement, dire que le Canada ferme sa frontière ne signifie pas qu’il pourra le faire. La frontière entre les États-Unis et le Canada est longue de plusieurs milliers de kilomètres. Il est donc impossible, d’un point de vue logistique, de la surveiller entièrement. Il existe de nombreux points d’entrée irréguliers et les personnes qui souhaitent la franchir le feront quoi qu’il arrive – à moins que des milliers de policiers, de gardes frontaliers ou de soldats ne soient déployés.

Ainsi, s’il n’est pas possible de traverser directement au chemin Roxham, il est encore possible de le faire à quelques centaines de mètres ou à des kilomètres de là, sans parler de plusieurs autres endroits tout au long de cette immense frontière. La fermeture des postes frontaliers officiels et du principal poste frontalier non officiel du chemin Roxham ne signifie pas qu’il n’est plus possible de traverser la frontière.

DAVANTAGE DE RISQUES

Au contraire, avec la fermeture de la frontière, les personnes migrantes et réfugiées prendront plus de risques afin d’entrer au Canada. Elles passeront par des points de passage plus isolés et plus difficiles. Elles dépendront davantage des passeurs dont plusieurs sont plus motivés par le profit que par des préoccupations humanistes. Elles seront plus isolées et plus vulnérables.

Avant l’annonce de vendredi dernier, les personnes migrantes qui souhaitaient faire une demande d’asile étaient incitées à traverser au chemin Roxham. Le processus était relativement sûr, avec la présence de ce côté-ci de policiers qui traitaient les demandes et qui les remettaient entre les mains des fonctionnaires à la frontière. Le processus de demande d’asile pouvait alors s’enclencher.

Malgré les plaintes en provenance d’individus racistes associés à l’extrême droite – ainsi que de gens qui les soutiennent –, le passage du chemin Roxham était relativement calme et ordonné.

Il y a bien eu une première panique exagérée à l’été 2017, lorsque le Stade olympique a été utilisé pour héberger temporairement des personnes réfugiées et lors de la mise en place d’un camp temporaire, sous-utilisé, près de Lacolle, à quelques minutes du chemin Roxham. En dépit de cet affolement, les personnes migrantes et réfugiées ont pu s’installer à destination de manière relativement simple, que ce soit à Montréal, à Toronto ou d’autres zones urbaines.

Cette annonce de fermeture, qui constitue une attaque contre les droits des personnes migrantes et des personnes réfugiées, pourrait très bien être définitive. Comme nous le savons tous, les « mesures spéciales » adoptées en temps de crise ont tendance à devenir permanentes une fois la crise terminée. Nous serons nombreux, dans la gauche progressiste, à nous mobiliser pour créer une nouvelle définition de ce qui est « normal », c’est-à-dire des dépenses sociales massives pour la santé, l’éducation et d’autres services sociaux, l’annulation de la dette, la redistribution des richesses, la gratuité des transports publics, la fin des expulsions, davantage de solidarité sociale et d’entraide.

Mais il faut être vigilant, car la nouvelle normalité peut tout autant faire appel aux rêves de la droite qui a l’ambition d’un gouvernement autoritaire utilisant la peur et la panique pour gouverner par décret. Il faut se méfier de cette droite qui a la volonté permanente de fermer les frontières en attaquant le droit des personnes migrantes et réfugiées à se déplacer librement.

Le chemin Roxham, à seulement 45 minutes au sud de Montréal, est un microcosme des valeurs de notre société dans son ensemble. Il est le test à savoir si les personnes migrantes qui demandent asile seront traitées équitablement et humainement dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Seront-elles admises et mises en quarantaine pour des raisons de santé publique ou seront-elles rejetées et utilisées comme boucs émissaires en période de panique et de peur ?


          

En période trouble, comment prévenir une crise économique et éviter de privatiser les profits et de socialiser les pertes   

Cache   
« Le test de notre progrès [moral] n'est pas de savoir si nous ajoutons à l'abondance de ceux qui
ont beaucoup, mais de savoir si nous en donnons suffisamment à ceux qui en ont trop peu»
—Franklin D. Roosevelt (1882-1945), 32e président américain (1933-1945); (tiré de son
« Deuxième discours inaugural », mercredi, le 20 janvier 1937)
 
« La meilleure façon de détruire le système capitaliste est de débaucher la monnaie. Par un 
processus continu d'inflation, les gouvernements peuvent confisquer, secrètement et subtilement, 
une partie importante de la richesse de leurs citoyens. … Par cette méthode, non seulement 
confisquent-ils, mais ils confisquent d’une façon arbitraire ; et, alors que le procédé appauvrit 
beaucoup de monde, il en enrichit un certain nombre. »
—John Maynard Keynes (1883-1946), économiste britannique, 1936
 
« L’élite économique ne semble pas être consciente que le fonctionnement normal de notre 
économie génère des traumatismes et des crises financières, de l'inflation, des dépréciations 
monétaires, du chômage et de la pauvreté, dans un contexte qui pourrait conduire à une richesse 
pratiquement universelle, en bref, le capitalisme financier complexe est fondamentalement 
défectueux. »
—Hyman Minsky (1919-1996), économiste américain, 1986
 
 
Voilà, c'est reparti : une autre bulle financière est en train d’éclater et une autre crise 
financière se pointe à l’horizon et menace de perturber l'économie réelle ! Cette fois, 
le déclencheur est la crise pandémique du coronavirus, la plus grave d'une génération, 
laquelle risque de paralyser l'économie en plus de provoquer un krach boursier.
 
La crise et les mesures prises par les autorités publiques pour la combattre (restrictions 
drastiques aux déplacements, distanciation sociale, quarantaine des travailleurs, etc.) 
ont conduit à un important ralentissement économique mondial alors que les chaînes d'approvisionnement, tant au pays et qu’à l’étranger, ont été fortement perturbées. En 
outre, tout cela a profondément ébranlé les marchés financiers, déjà rendus vulnérables, 
par des années de politique monétaire facile, après rondes après rondes 
d’assouplissement monétaire, baptisé d’ « assouplissement monétaire quantitatif »,
de la part des banques centrales, tant européenne que japonaise et américaine.
 
Ces politiques monétaires que l’on peut qualifier d’agressives, se sont traduites
par des taux d'intérêt historiquement très bas, parfois même négatifs, ce qui a 
encouragé un endettement insoutenable à long terme. Même en période de 
prospérité relative, les gouvernements ont continué d’enregistrer d’importants 
déficits budgétaires, souvent avec des baisses d’impôts qui ont enrichi les très 
riches, en plus de fermer les yeux sur une spéculation financière incontrôlée qui 
a eu le même résultat. 

Tout cela survient alors que le cours mondial du pétrole est en chute libre, résultat 
d’un excédent de l’offre sur la demande et d’un conflit entre la Russie et l’Arabie
saoudite. Une telle chute des prix du pétrole ajoute un biais déflationniste 
supplémentaire à l'économie mondiale, lequel sera difficile à inverser. Pour couronner 
le tout, il y a des pays qui sont actuellement sous la gouverne de dirigeants 
inexpérimentés et/ou incompétents.
 
En conséquence, le monde traverse actuellement une convergence de crises tant 
sanitaire qu’économique, lesquelles plongent le monde dans une sorte de 
tempête économique parfaite, et à laquelle de nombreux pays ne sont pas du tout 
en mesure de faire face.
 
Aux États-Unis, par exemple, et il y a seulement deux ans de cela, en 2018, le
président étasunien Donald Trump a limogé son principal conseiller à la santé 
(l’amiral Timothy Ziemer), lequel était responsable de préparer des mesures contre 
des pandémies. — Il n'a jamais été remplacé. Trump a ensuite fermé définitivement 
l'unité de sécurité sanitaire mondiale du Conseil de sécurité nationale, logée à la 
Maison-Blanche et chargée d’analyser les moyens de combattre une pandémie 
mondiale. Ce faisant, M. Trump a oublié un principe de précaution élémentaire 
pour tout gouvernement, soit d’être préparé à faire face à des événements imprévus.
 
Pendant une crise sanitaire et économique aussi grave que celle que nous traversons, 
laquelle affecte tous et chacun à des degrés divers, on doit s’en remettre aux 
gouvernements, seuls instruments collectifs que nous ayons, malgré leurs lacunes, 
pour la combattre de la manière la plus efficiente possible.
 
Il va de soi qu’en plus de prendre les mesures nécessaires pour éviter que la crise 
virale ne se propage et ne crée des paniques, les gouvernements se doivent aussi 
d’intervenir sur le front économique et financier. Ils ne doivent point hésiter à se 
servir des leviers monétaires, réglementaires et fiscaux afin d’empêcher une spirale 
déflationniste et d’éviter une catastrophe économique et financière. Ils doivent faire 
tout en leur possible pour alléger les souffrances humaines et venir en aide aux 
travailleurs licenciés, à leurs familles et aux autres personnes vulnérables.
 
• Qu’est-ce que les gouvernements devraient faire, ou ne pas faire, pour 
juguler les forces qui menacent leurs économies?
 
1- Pour commencer, il va de soi que la responsabilité première des 
gouvernements est de mettre tout en œuvre pour sortir de la crise sanitaire du 
virus le plus tôt possible, de fournir l’assistance médicale et les soins requis, tout 
en évitant les pénuries. Cela implique prendre les moyens nécessaires pour lutter 
contre la maladie infectieuse et alléger les souffrances humaines, certes, mais aussi 
empêcher les cas de corruption quand certains pensent profiter de la situation pour 
charger des prix abusifs. À ce titre, des leçons tirées des précédentes épidémies de 
virus (Ébola, SRAS, H1N1, etc.) peuvent servir de guide pour les actions à prendre.
 
La crise du coronavirus (Covid-19) est actuellement la principale cause qui crée des 
perturbations financières et des dislocations économiques. Malheureusement, les 
politiques macroéconomiques monétaires et budgétaires traditionnelles ne sont pas 
très efficaces pour résoudre ce type de problème.
 
2- La deuxième priorité, c’est évident, consiste à venir en aide à l'économie, de 
manière à empêcher qu’elle ne s’effondre ou qu’elle sombre dans une profonde 
récession, sinon même entre dans une dépression économique.
 
La première ligne d’intervention, à laquelle la plupart des banques centrales ont 
déjà eu recours, a consisté à injecter suffisamment de liquidités dans le système 
financier. En effet, en période de crise, une banque centrale doit faire en sorte de 
fournir les liquidités nécessaires pour éviter des faillites en cascades et permettre 
au crédit de circuler librement.
 
Ici, il convient de faire une importante mise en garde. En général, les autorités 
publiques se doivent de soutenir les banques et les entreprises privées autrement 
solvables, mais en difficultés financières temporaires. Cependant, il n’est pas 
acceptable que le gouvernement utilise des fonds publics pour atténuer les 
problèmes de trésorerie de ces dernières, et le fasse à fonds perdus. L’aide 
gouvernementale doit aussi protéger les emplois des travailleurs.
 
L’objectif doit toujours être de préserver l’intérêt public et non pas d’enrichir 
indument des détenteurs de capitaux, aux frais de l'État.
 
Dans cet esprit, les avances que font la banque centrale et le Trésor public doivent 
être sous forme de prêts garantis, appuyés par les actifs des emprunteurs, — que ce 
soit des avoirs en capitaux réels ou en actions de banque ou d’entreprise, et prévoir 
leur remboursement à une date ultérieure. C’est le seul moyen d’éviter que 
l’ensemble des contribuables ne soient les victimes de propriétaires privés peu 
scrupuleux ou imprudents, qui ont pris de gros risques et qui, quand les choses 
tournent mal, demandent à l‘État de « socialiser leurs pertes, tout en gardant les 
bénéfices privés pour eux-mêmes. »
 
3- Il convient, cependant, de reconnaître que la politique monétaire en tant que 
telle est largement inefficace pour corriger un choc négatif venant du côté de 
l'offre, soit celui qui survient quand les conditions de production changent 
soudainement. En effet, les politiques monétaires ne peuvent pas remettre en marche 
les chaînes d’approvisionnement, ni empêcher les entreprises de stopper leur 
production et de mettre leurs travailleurs au chômage, quand la demande pour 
leurs produits ou services disparait. De même, ce genre de politiques ne peut pas 
résoudre un choc négatif imprévu venant du côté de la demande, simplement en 
réduisant les taux d’intérêt, surtout quand ceux-ci sont déjà très bas.
 
En effet, lorsque les consommateurs voient leurs revenus chuter et quand ils perdent 
confiance, ou lorsqu’ils ne peuvent pas sortir pour dépenser, après avoir été mis en 
quarantaine, il ne faut pas compter sur une simple baisse des taux d’intérêt pour 
relancer les dépenses de consommation.
 
Ajoutons que lorsque les taux d'intérêt réels sont négatifs, résultat d’une tentative 
de stimuler la croissance économique par des moyens financiers, comme cela a été 
tenté au Japon et en Europe aux cours des dernières années, il en résulte 
d’importantes conséquences économiques.
 
À la longue, en effet, des taux d’intérêt réels négatifs exercent une influence 
déflationniste sur l’économie. En effet, quand les taux d’intérêt nominaux sont 
inférieurs au taux d’inflation anticipé, [la définition des taux d’intérêt réels négatifs], 
les personnes retraitées et les épargnants en général sont de grands perdants. Leurs 
revenus et leurs dépenses se contractent, ce qui peut avoir un effet à la baisse sur 
les prix.

 
Des taux d’intérêt réels négatifs menacent également la viabilité financière des 
fonds de retraite et des compagnies d’assurance, en les obligeant à investir dans 
des actifs financiers plus risqués. Ils encouragent également les entreprises à investir 
dans des projets qui ne seraient pas rentables autrement.
 
4- En guise de conclusion préliminaire, nous disons que d’un point de vue économique, 
politique et social, injecter des liquidités dans l’économie n’est pas « une question de 
savoir si oui ou non cela doit être fait » pendant une crise, mais c’est la manière de 
procéder qui soulève question.

 
Il y a plus d’un siècle et demi, l’économiste et banquier britannique Walter Bagehot 
(1826-1877) a clairement établi qu’en période de crise économique et financière, une 
banque centrale doit avancer des fonds illimités, c'est-à-dire prêter autant d'argent aux 
institutions attitrées que nécessaire, afin d’éviter des faillites en cascade et des 
fermetures.
 
Cela doit se faire, cependant, contre des garanties collatérales. Et cela doit se faire à 
des « taux prêteurs punitifs » afin d’éviter d’enrichir les banques en difficulté et leurs 
propriétaires avec de l’argent public, et afin d’éviter de créer un risque accru dans 
l’économie, c’est-à-dire une sorte d’aléa moral, lequel encouragerait la prise de 
risques insensés causée par l’assurance d’être renfloué en cas d’échec.
 
Qu’est-ce que ça veut dire en pratique ? Cela signifie qu’en temps de crise, la banque 
centrale ou le Trésor public doivent prêter autant d’argent que nécessaire, mais plus 
les garanties sont faibles et risquées, plus les taux débiteurs doivent être élevés.
 
C'est une leçon qui n’a pas été complètement suivie aux États-Unis lors de la crise 
des prêts hypothécaires triturés, en 2008, lorsque la Fed a vu son bilan gonfler de 
870 milliards de dollars qu’il était en 2007, à 4,5 billions de dollars en 2015 (une 
augmentation de plus de cinq fois), afin de sauver un groupe de méga banques sur le 
bord de la faillite, en les soulageant de leurs créances douteuses.

          

Bill Gates et la CIA avaient prévu la pandémie, et nous ne sommes pas prêts    

Cache   

Les grandes catastrophes s’accompagnent toujours de leurs foules de Cassandre de la douzième heure et de leurs litanies à base de « je vous l’avais bien dit ». En l’occurrence, ce sont les recommandations YouTube, souvent taquines comme chacun le sait, qui ont exhumé ces derniers jours sur de nombreuses « timelines » une intervention de Bill Gates qui, il y a cinq ans, décrivait ses craintes d’une pandémie virale très semblable à celle que nous vivons depuis plusieurs semaines.

Confinement : ce qui reste ouvert et ce qui ferme

Ce « TED talk » (ces mini-conférences qui font un carton en ligne) d’un peu moins de 10 minutes a été vu par près de 5 millions de personnes sur YouTube et s’intitule sobrement « La prochaine épidémie ? Nous ne sommes pas prêts ». Bill Gates, alors encore l’homme le plus riche du monde, y décrit une de ses obsessions, que l’on peut retrouver dans de nombreuses interviews du philanthrope à la même époque : l’irruption d’une pandémie à laquelle l’humanité ne serait pas préparée. Nous sommes alors en mars 2015, dans la foulée de la terrible épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, restée essentiellement contenue à trois pays grâce à l’investissement des ONG dont MSF.

close

« Quand j’étais petit, la catastrophe dont nous avions le plus peur était un conflit nucléaire », commence le fondateur de Microsoft. « Mais si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes dans les prochaines décennies, ce sera plus probablement un virus hautement contagieux qu’une guerre. […] Nous avons investi beaucoup dans la dissuasion nucléaire, et très peu dans un système pour endiguer les épidémies. Nous ne sommes pas prêts. »

En ce qui concerne Ebola, « le problème était qu’il n’y avait pas de système », tranche Bill Gates, qui vient de suivre la progression, via son influente fondation humanitaire, de cette épidémie qui a fait plus de 10 000 morts au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée. « Nous n’avions pas d’équipe d’épidémiologistes prête à partir sur place, les rapports arrivaient sur papier et étaient inexacts. » L’OMS, dont ce serait le rôle, n’est pas armée pour le faire, souligne-t-il.

Coronavirus en Afrique : « Ce n’est que le vent avant une probable tempête »

« Nous pourrions avoir moins de chance »

Bill Gates craint alors une épidémie plus mortelle et surtout plus étendue qu’Ebola, qu’il qualifie d’avertissement planétaire. « Il y a trois raisons pour lesquelles Ebola ne s’est pas propagé davantage », explique le milliardaire :

  • « Un travail héroïque des équipes de santé, qui ont évité la propagation des infections sur place […]
  • La nature du virus, qui ne se propage pas dans l’air : au moment où ils deviennent contagieux, la plupart des gens sont tellement malades qu’ils restent cloués au lit […]
  • Le fait qu’Ebola ait touché très peu de zones urbaines, ce qui relève simplement de la chance. »

« La prochaine fois, nous pourrions avoir moins de chance », avertit Bill Gates. « Imaginez un autre virus, avec lequel les gens infectés se sentiraient suffisamment en forme pour prendre l’avion ou aller au supermarché. […] D’autres variables rendraient les choses mille fois pires : par exemple, un virus capable de se propager dans l’air comme la grippe espagnole de 1918. »

Il est désormais prouvé que le Covid-19 survit trois heures en suspension dans l’air, que les symptômes peuvent mettre deux semaines à apparaître et que les personnes infectées peuvent être contagieuses même en période d’incubation.

Combien de temps le coronavirus survit-il dans l’air et sur les surfaces ?

Certes, les avancées de la communication et de la biologie donnent des armes à l’humanité pour riposter rapidement. « Il n’y a pas lieu de paniquer… Mais nous devons nous y mettre », conclut le Bill Gates de 2015, qui plaide pour un « système de santé mondial », avec des unités médicales mobiles et de réservistes.

« Je n’ai pas un budget précis, mais il serait minime par rapport aux dégâts potentiels. La Banque mondiale estime qu’une épidémie mondiale de grippe diminuerait la richesse mondiale de 3 000 milliards de dollars, en plus des millions de morts. »

« Dans une zone comme il en existe en Chine… »

Un petit livre à la couverture rouge, plus ancien que la conférence de Bill Gates, est également réapparu sur les réseaux sociaux ces dernières heures. « Le nouveau rapport de la CIA : comment sera le monde en 2025 ? », dont l’édition française est parue aux éditions Robert Laffont en 2009, est la quatrième édition d’un rapport de l’agence de renseignement américain, qui tente régulièrement de prédire l’avenir du monde dans un horizon de quinze à vingt ans, en pointant l’émergence de facteurs susceptibles de provoquer conflits et tensions. Dans un encart intitulé « Le déclenchement possible d’une pandémie mondiale », les experts de la CIA y décrivent un scénario très proche de la crise du Covid-19, imaginant « l’apparition d’une nouvelle maladie respiratoire humaine virulente, extrêmement contagieuse ».

Le texte prévoit même dans quelle zone et dans quelles circonstances ce nouveau virus pourrait émerger : « Si une maladie pandémique se déclare, ce sera sans doute dans une zone à forte densité de population, de grande proximité entre humains et animaux, comme il en existe en Chine et dans le Sud-Est asiatique où les populations vivent au contact du bétail. »

Les pratiques d’élevage à l’œuvre dans ces zones sont des vecteurs de contagion virale au sein des populations animales et de transmission à l’homme, soulignent les auteurs en rappelant l’exemple de la grippe H5N1. « Dans un tel scénario, la maladie tarderait à être identifiée si le pays d’origine ne disposait pas des moyens adéquats pour la détecter », redoutent les analystes. « Il faudrait des semaines pour que les laboratoires fournissent des résultats définitifs confirmant l’existence d’une maladie risquant de muter en pandémie. »

« En Chine, la baisse de la pollution va épargner plus de vies humaines que le virus en aura coûté »

Les premiers cas de Covid-19 ont été recensés le 31 décembre dernier, trois semaines après l’apparition des premiers symptômes chez des employés du marché de fruits de mer de Huanan, à Wuhan. L’OMS n’a déclaré l’état d’urgence sanitaire que le 30 janvier.

« Des tensions ne manqueraient pas d’éclater »

Alors, prédisaient les auteurs, les Etats tenteront de contrôler et limiter les mouvements de leurs populations, avec difficulté et sans garantie de succès. Là encore, la présence de malades asymptomatiques serait un facteur aggravant : « en dépit de restrictions limitant les déplacements internationaux, des voyageurs présentant peu ou pas de symptômes pourraient transporter le virus sur les autres continents ».

Le nombre de malades augmenterait alors de mois en mois, en l’absence d’un vaccin efficace. « Dans le pire des cas, ce sont de dix à plusieurs centaines de millions d’Occidentaux qui contracteraient la maladie », écrit la CIA, qui prévoit également un choc économique majeur, avec une « dégradation des infrastructures vitales et des pertes économiques à l’échelle mondiale ». Si le facteur pathogène s’avérait particulièrement virulent, un bilan humain mondial se comptant en centaines de millions de morts serait même à envisager.

Certes, le monde se prépare alors à une telle éventualité, rassure la CIA, rappelant que des centres de recherche travaillent à la mise au point de vaccins capables de prévenir ou limiter les pandémies de grippe : « Un résultat positif dans les prochaines années réduirait le risque que représente une telle pandémie pour les décennies à venir. »

Avec ce bémol :

« Si une telle maladie apparaît d’ici à 2025, des tensions et des conflits internes ou transfrontaliers ne manqueront pas d’éclater ».

Dans la foulée de l’épidémie d’Ebola de 2014-2015, le Conseil de sécurité national (NSC) de la Maison-Blanche se dotait d’une unité de lutte contre les pandémies, dirigée par des experts mondialement reconnus. En mai 2018, l’administration Trump supprimait cette équipe, la jugeant inutile. Vendredi 13 mars en conférence de presse, Donald Trump a rétorqué à la journaliste qui l’interrogeait sur cette décision que sa question était « méchante ».


          

Legault en plein contrôle   

Cache   

Jusqu’ici, François Legault a joué à merveille son rôle d’homme d’État en temps de crise. Il le doit assurément à sa personnalité, mais son équipe n’a pas lésiné sur sa préparation, lui assurant même les services d’une psychologue pour le guider.

Flanqué du directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, et de la ministre de la Santé, Danielle McCann, le premier ministre s’adresse aux Québécois tous les jours depuis la fin de la semaine dernière. 

La plupart du temps, pour leur apprendre de mauvaises nouvelles. Hausse inévitable du nombre de cas d’infection au virus, mesures draconiennes pour limiter la propagation. En cette période trouble, la population attend ce rendez-vous quotidien dans un mélange d’espoir et de crainte. 

Les citoyens sont suspendus aux lèvres du premier ministre, qui annonce la fermeture des écoles, la fin des rassemblements, jusqu’aux soupers entre amis dans les maisons.

Le ton et les paroles doivent être soupesés.

C’est pourquoi le bureau du PM a fait appel à la psychologue Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain, pour l’assister dans sa préparation.

Ne pas générer d’angoisse

« On la consulte sur l’impact de ce qu’on a à dire, et sur la façon dont on le dit pour susciter le moins d’angoisse et de détresse possible », a résumé une source présente dans la cellule de crise constituée depuis la semaine dernière.

Ainsi, la professionnelle est contactée avant, et même après les points de presse, afin de faire l’évaluation du message.

François Legault n’a pas eu à être « transformé », car, visiblement, il a conservé la même attitude, à la fois ferme et empathique, qu’il avait affichée lors de la gestion des inondations. Le chef caquiste a maintenu sa proximité avec les Québécois et il fait mouche.

Par contre, cette assistance n’est pas futile, notamment « pour le choix des mots », explique-t-on.

Discret

Son entourage reste malgré tout discret sur sa routine, si tant est qu’il puisse y avoir une routine en ces temps troubles.

Certains aménagements sont faits pour qu’il puisse tenir le rythme – pas de rencontre tard le soir, par exemple.

Puis, le mot a été passé aux autres ministres de ne pas faire de sorties publiques, pour éviter des incohérences dans les messages du gouvernement en cette période critique.

Avec raison, un seul canal officiel a été créé, par la voix du premier ministre et du sympathique Dr Arruda.

Les équipes du directeur de la santé publique et du bureau du PM ont constitué au fil des jours une seule armée. Elles ne se connaissaient pas vraiment, mais elles ont appris à travailler côte à côte. Horacio Arruda a pratiquement élu domicile dans l’édifice Honoré-Mercier, qui abrite les bureaux du premier ministre.

Enfin, Justin !

À travers les longues journées et une mer d’imprévus, les décisions finalement prises par le gouvernement fédéral cette semaine ont été accueillies avec « soulagement » dans l’équipe de François Legault.

Il devenait de plus en plus intenable de demander autant de sacrifices aux Québécois, alors que des vacanciers étrangers circulaient librement dans nos rues. Que le chemin Roxham demeurait la passoire que l’on connaît.

La franche collaboration des partis d’opposition constitue aussi une bouffée d’air frais dans ces jours autrement plutôt oppressants.

Par exemple, une employée du chef intérimaire du Parti libéral du Québec a signalé une situation gênante à l’équipe du premier ministre. Des employés de la SAQ avaient demandé à voir les cartes d’identité de têtes grises dans une succursale pour s’assurer qu’elles avaient moins de 70 ans !

Dans d’autres circonstances, elle se serait empressée de rédiger un communiqué de presse pour faire mal paraître le gouvernement.

Tout n’est pas parfait. Il est encore trop difficile, notamment, d’obtenir un rendez-vous de dépistage pour les personnes qui souffrent de symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19. 

Mais le capitaine paraît en plein contrôle...

 


          

Coronavirus : « Mortalité possible de 10 % et infection effrayante des soignants » en Afrique   

Cache   

L’Afrique, où le premier cas de Covid-19 est apparu en Egypte en février, doit se « préparer au pire », prévient Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans les trente-trois pays touchés par la pandémie, près de 640 personnes atteintes du coronavirus ont été identifiées et 17 sont mortes, en date du 19 mars. La propagation du virus a été plus lente et plus tardive, amorcée par des voyageurs rentrés de Chine ou d’Europe avant d’entamer sa transmission localement.

L’agence onusienne s’inquiète du risque élevé de saturation des centres de santé qui devraient rapidement être submergés en cas de propagation massive du virus. « Même en Afrique du Sud, où les systèmes de santé public et privé sont parmi les plus développés du continent, ce sera un défi. Car il y a trop peu de lits dans les hôpitaux d’Afrique », constate Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. C’est la raison pour laquelle la stratégie est d’éviter au maximum la multiplication des cas. « Nous mettons en place des mécanismes préventifs pour éviter une destruction de ces dispositifs de santé », insiste cette dernière.

Lors d’une conférence de presse organisée jeudi 19 mars avec le Forum économique mondial, Mme Moeti s’est notamment inquiétée du manque patent de kits de dépistage du coronavirus disponible sur le continent et a appelé les partenaires publics et privés à se mobiliser. « La plupart des pays en réclament plus. La demande va augmenter et c’est un autre défi à relever », estime-t-elle, même si plusieurs sociétés américaines et françaises ont développé leurs propres tests qui pourraient bien contribuer à combler le manque inquiétant.

Jusqu’en février, l’Afrique ne disposait que de deux laboratoires capables de diagnostiquer le Covid-19, l’un au Sénégal, l’autre en Afrique du Sud. Mais la situation a rapidement évolué et les indispensables centres d’analyse fleurissent désormais sur le continent. « On est passé de deux centres de test à une quarantaine », note Mme Moeti, dont trois se trouvent au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec quelque 200 millions d’habitants.

La Chine a également acheminé des milliers de kits de dépistage sur le continent dont 2 000 ont été remis au Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies (CDC Afrique) de l’Union africaine. Son directeur, le virologue camerounais John Nkengasong, table sur une aggravation de la situation. « A l’évidence, des personnes n’ont pas été détectées », précise-t-il. Ce que l’OMS se refuse encore à admettre publiquement.

En attendant, un autre homme s’active en silence pour faire avancer ce combat. En République démocratique du Congo (RDC), le virologue congolais Jean-Jacques Muyembe Tanfum, codécouvreur du virus Ebola en 1976, s’est vu confier par le chef de l’Etat le rôle délicat de coordinateur de la riposte au Covid-19. Alors même que la dixième – et deuxième plus meurtrière – épidémie de fièvre hémorragique (2 264 morts en dix-neuf mois) touche à peine à sa fin au nord-est de la RDC.

Dans cet immense pays d’Afrique centrale, les autorités ont recensé quatorze cas à la date du 18 mars, soit le double de la veille. Et sans doute bien moins que dans les temps prochains. « Avec le coronavirus, nous aurons certainement un taux de mortalité qui avoisinera les 10 % [contre plus de 60 % lors de la dernière épidémie d’Ebola] et un taux d’infection du personnel médical assez effrayant », redoute le professeur, qui doit mettre en place dans l’urgence un dispositif de prise en charge des malades. Fort de la longue expérience que lui confère ses 78 ans, l’homme reconnaît avec franchise que la RDC n’est pas prête.

Pour l’instant, tous les cas identifiés l’ont été à Kinshasa, ville-province de près de 15 millions d’habitants, où, comme dans le reste du pays, les centres de santé public « sont dans un état de délabrement avancé », comme l’avait déploré le président Félix Tshisekedi, qui vient de décider la réhabilitation de cinq hôpitaux de la capitale.

Ce constat peut se transposer à la plupart des autres mégapoles du continent, qu’il s’agisse de Lagos ou du Caire, où l’extrême densité de la population conjuguée à des systèmes de santé défaillants et à des pénuries probables de médicaments et de vivres, sont extrêmement préoccupants. D’autant que les économies africaines, particulièrement dépendantes des marchés internationaux, subissent de plein fouet la crise dans laquelle le virus plonge brutalement le monde.

« Depuis 2016 [et la fin de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest], les instituts nationaux de santé publique disposent d’une capacité institutionnelle plus importante pour assurer la recherche de contacts et l’investigation de cas, deux activités essentielles pour contenir la propagation et freiner la transmission, note le docteur Ngozi Erondu, experte en biosécurité et chercheure associée à Chatham House. Mais l’Afrique n’a pas assez de ventilateurs pour sauver des vies, ni même d’équipements de protection individuelle pour protéger le personnel de santé. Ce qui laisse craindre un scénario du pire, avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé. »

Sur le plan sanitaire, les conditions d’accès à l’eau et aux produits d’hygiène de base restent en effet encore problématiques, puisque 63 % des Africains établis dans les centres urbains ne peuvent pas se laver les mains avec du savon, selon l’Unicef. Ce qui pourrait considérablement entraver la lutte contre le Covid-19.


          

Aux grands maux, les grands moyens   

Cache   

Au moment où les directives se resserrent concernant la lutte contre le coronavirus, on apprend que des personnes porteuses du virus ou ayant eu des contacts avec des individus porteurs du COVID-19 ou présentant des symptômes de la maladie se promènent librement dans les rues sans coup férir.
Pourtant, ailleurs dans le monde, notamment en Suisse, en Belgique, en France, en Italie, en Roumanie ou en Bulgarie, les contrevenants aux directives émanant de l’État sont sujets à recevoir des amendes allant jusqu’à 775$ canadiens ou des peines d’emprisonnement allant jusqu’à 15 ans.
Or, le Code civil du Québec stipule que « toute personne a le devoir de respecter les règles de conduite qui, suivant les circonstances, les usages ou la loi, s’imposent à elle, de manière à ne pas causer de préjudice à autrui ».
À mon avis, je considère inconcevable que l’insouciance de certains Québécois mettent en péril sans vergogne la santé des citoyens qui les côtoient au quotidien. En conséquence, je suis d’avis que le directeur national de la santé publique intervienne et fasse appliquer la loi contre ces récalcitrants qui font preuve d’une négligence éhontée… Aux grands maux, les grands moyens!
Les influenceurs : une heureuse initiative
J’aurai 73 ans dans quelques semaines. Eu égard au coronavirus, je suis donc considéré comme une personne à risque. Je ne suis surement pas tellement différent des gens de ma génération de baby boomers, nous qui avons toujours été libres de faire ce que nous voulions, d’où la difficulté d’être astreints à nous plier à des consignes qui bousculent notre vie, particulièrement les personnes seules contraintes de demeurer à la maison.
Face à cette situation, dans le but de convaincre les personnes âgées du bien-fondé de ces directives, on a fait appel à des personnalités artistiques âgées de plus de 70 ans dont la carrière remarquable a surement marqué l’imaginaire des septuagénaires québécois, notamment les artistes Dominique Michel, Béatrice Picard et Michel Louvain, et l’ancien journaliste et chef d’antenne à Radio-Canada Bernard Derome, à titre d’influenceurs réputés et crédibles auprès des personnes âgées.
Une heureuse initiative qui devrait trouver une oreille attentive auprès des plus récalcitrants, notamment en les sécurisant et en les sensibilisant à l’importance de la solidarité envers tous leurs concitoyens.

Henri Marineau, Québec


          

Ailton: Ich hätte auf Schalke bleiben sollen   

Cache   

2004 verpflichtet Schalke Bundesliga-Torschützenkönig Ailton - ablösefrei vom Double-Sieger Werder Bremen. Im neuen Trikot erzielt der Brasilianer 14 Treffer in 29 Ligaspielen, doch dann sagt er tschüss. Warum? Ailton, der heute in den USA lebt, versteht es selbst nicht mehr.

Der Beitrag Ailton: Ich hätte auf Schalke bleiben sollen erschien zuerst auf Fußball.


          

Destiempo, de Enrique Lihn   

Cache   
Nuestro entusiasmo alentaba a estos días que corren entre la multitud de la igualdad de los días. Nuestra debilidad cifraba en ellos nuestra última esperanza. Pensábamos y el tiempo que no tendría precio se nos iba pasando pobremente y estos … Seguir leyendo
          

Polizeiliche Kriminalstatistik 2019   

Cache   

Bundesweite PKS 2019

Das Bundeskriminalamt (BKA) hat am 24.03.2020 die Ergebnisse der bundesweiten Polizeilichen Kriminalstatistik (PKS) 2019 inkl. einiger Sonderauswertungen online gestellt. Die Polizeiliche Kriminalstatistik enthält die der Polizei bekannt gewordenen rechtswidrigen Straftaten einschließlich der mit Strafe bedrohten Versuche, die Anzahl der ermittelten Tatverdächtigen und eine Reihe weiterer Angaben zu Fällen, Opfern oder Tatverdächtigen. Nicht enthalten sind Staatsschutzdelikte, Verkehrsdelikte, Ordnungswidrigkeiten, Delikte, die nicht zum Aufgabenbereich der Polizei gehören (z. B. Finanz- und Steuerdelikte) und Straftaten, die unmittelbar bei der Staatsanwaltschaft angezeigt werden.

 

Daten der PKS der Bundesländer

  • Baden-Württemberg: "Kriminalitätsbelastung weiter gesunken"
  • Bayern: "Sicherheitslage 2019 in Bayern auf Top-Niveau"
  • Berlin: "Weniger Diebstahl aber mehr Internetkriminalität"
  • Brandenburg: "Straftaten in Brandenburg sinken 2019 auf Rekordtief"
  • Bremen: "Raubtaten gehen zum fünften Mal in Folge zurück / Insgesamt leichter Anstieg der Fallzahlen in Bremen / Allein 1159 Delikte gehen auf das Konto des BAMF-Verfahrens"
  • Hamburg: "Risiko, Opfer einer Straftat zu werden, so niedrig wie zuletzt 1979"
  • Hessen: "Beste Kriminalstatistik in der Geschichte unseres Landes"
  • Mecklenburg-Vorpommern: "Abwärtstrend im Bereich der Diebstahlsdelikte in MV hält an"
  • Niedersachsen: "Historisch niedrige Kriminalitätszahlen, höchste Aufklärungsquote seit 1990"
  • Nordrhein-Westfalen: "Kriminalität in Nordrhein-Westfalen 2019 auf niedrigstem Stand seit 30 Jahren"
  • Rheinland-Pfalz: "Straftaten auf niedrigstem Stand seit 25 Jahren"
  • Saarland: "Anstieg der Zahlen muss im Kontext gesehen werden"
  • Sachsen: "Mehr Sicherheit durch konsequente Polizeiarbeit und Prävention"
  • Sachsen-Anhalt: "Zahl der Straftaten weiter gesunken"
  • Schleswig-Holstein: "Die Zahl der erfassten Straftaten ist so niedrig wie zuletzt vor 40 Jahren"
  • Thüringen: "Statistik als Beleg für erfolgreiche Sicherheitspolitik"
...
          

Legal Secretary   

Cache   
GA-Bremen, Seeking a qualified legal secretary. Will be responsible for greeting clients, as well as organizing schedules, researching legal documents, and other administrative work. Organizational and communication skills are required. Legal Secretary Job Responsibilities and Duties •Answer and direct inquiries, welcome guests and clients, answer telephone calls and emails. •Transcribe, edit, and format inf
          

Poziv k upoštevanju cestnih predpisov za manjšo obremenjenost zdravnikov   

Cache   
Poziv k upoštevanju cestnih predpisov za manjšo obremenjenost zdravnikov
Policija in Agencija za varnost prometa (AVP) sta slovensko javnost pozvali, da zaradi solidarnosti do zdravstvenih delavcev, ki so v tem obdobju še posebej obremenjeni, dosledno spoštuje prometne predpise in se ne dodatno izpostavlja tveganjem ter nevarnostim na cestah.

          

« Pina Bausch » un cénotaphe d'images vivantes pour la chorégraphe   

Cache   
Depuis près de trente ans Laurent Philippe photographie la danse au plus près des danseurs, avec un sens des compositions chorégraphiques développé dans les séances successives de prises de vues d'un même spectacle et de ses répétitions. Il a publié en fin d'année dernière aux Nouvelles éditions Scala son 4eme livre en collaboration avec Rosita Boisseau. Sobrement titré « Pina Bausch » ils font ensemble le point sur onze pièces majeures de la chorégraphe du Tanzteater de Wuppertal dont nous regrettons la (...) - Édition
          

Fetales Alkoholsyndrom – und die Kosten eines Begleithundes   

Cache   
Ein Haustier wird allein durch die förderlichen Auswirkungen in verschiedenen Lebensbereichen nicht zum Hilfsmittel. Im Gegensatz zum Blindenhund ist ein Begleit- oder Assistenzhund kein Hilfsmittel der GKV. Mit dieser Begründung hat das Landessozialgericht Niedersachsen-Bremen in dem hier vorliegenden Fall entschieden, dass die Gesetzliche Krankenversicherung nicht die Kosten für einen Begleithund
          

VG Bremen lehnt Eilantrag ab: Sonderpostenmärkte bleiben geschlossen    

Cache   

Auch wenn Sonderpostenmärkte unter anderem Lebensmittel anbieten, fallen sie nicht unter die Ausnahmen für den Einzelhandel für Lebensmittel. Das hat nun das VG Bremen entschieden. Sie bleiben damit in Corona-Zeiten geschlossen.


          

As the toronto raptors fell right thing relate nfl jerseys outlet   

Cache   
Even out of all the other cars he’s owned, it’s his favorite. And the kicker assigned to replace the beloved Anderson was 35-year-old Norm Wholesale Bremen Jerseys Johnson. Geno is a D-Tackle who is really good, but is quiet, a little more to himself. Jujhar Khaira was on the left side of Ryan Nugent-Hopkins with […]
          

« Pina Bausch » un cénotaphe d'images vivantes pour la chorégraphe   

Cache   
Depuis près de trente ans Laurent Philippe photographie la danse au plus près des danseurs, avec un sens des compositions chorégraphiques développé dans les séances successives de prises de vues d'un même spectacle et de ses répétitions. Il a publié en fin d'année dernière aux Nouvelles éditions Scala son 4eme livre en collaboration avec Rosita Boisseau. Sobrement titré « Pina Bausch » ils font ensemble le point sur onze pièces majeures de la chorégraphe du Tanzteater de Wuppertal dont nous regrettons la (...) - Édition
          

Von Privat, Utbremen, Helgolanderstr. 12   

Cache   
Von Privat, Utbremen, Helgolanderstr.12, renovierte 2 1/2 Zi. Whg., ca. 56...
Next Page: 25

© Googlier LLC, 2020